Enfin débarrassé.

5 mars.

David a déplacé ses pièges à moustiques plus profondément dans la forêt, du coup la promenade quotidienne pour aller les remplir commence à devenir assez longue. En plus Cécile commençait à réagir bizarrement aux cigales qui se prennent dans les filets.

Pas facile à baguer.

Du coup on est partit se promener direction la côte ouest. On décide de passer la nuit à Raglan, un petit bled plein de hippies et de surfeurs où l’on pourrait devenir bénévoles à l’avenir. Après une soirée plage de sable noir et tuis (pas l’oiseau ce coup ci, on continue notre chemin en passant par la « kiwi house » d’Otorohanga . Cet établissement, le premier du genre à avoir vu le jour, a mis en place un système permettant d’observer des kiwis en captivité bien que ceux-ci soient nocturnes. Ciloo observe ainsi avec un plaisir évident ses premiers kiwis persuadés qu’il est minuit dans des enclos obscurs. Le reste du parc présente également une belle panoplie d’espèces native.

Cécile, 24 ans, donne à manger à des canards pour la première fois de sa vie.

Ciloo fait mumuse avec un natif.

Le road trip se poursuit par la visite de la grotte de Waitomo. Cette grotte creusée par une rivière a la particularité d’abriter une immense population de vers luisants. Rien à voir avec les lucioles de chez nous, le ver luisant du coin est en réalité la larve luminescente du diptère répondant au joli nom de Arachnocampa luminosa. Le « ver » vit environ neuf mois en se nourrissant des insectes attirés par sa lumière qui se piègent dans les toiles qu’il a tissé autour de lui. Devenu bien gras il va se transformer en adulte dépourvu de bouche qui n’aura pour seule occupation que de se reproduire pendant les quelques jours qui lui restent à vivre.

La ballade en barque sous un ciel de vers luisants est inoubliable.

Finalement nous avons atteint aujourd’hui le village de Turangi, coincé entre le lac Taupo et le Parc National du Tongariro. Après avoir pic niqué sur une berge de l’immense lac et pataugé dans la rivière Tongariro, je laisse Cécile à la maison que lui prête le DOC.

La traversée laborieuse de la rivière Tongariro.

Après m’avoir supporté pendant deux mois, Cécile préfère faire le ménage dans les gîtes du Parc National pendant sept semaines plutôt que de continuer à m’avoir sur les bras. C’est donc seul que je poursuivrais ma route semée de lieux au noms imprononçables, d’animaux aux aspects invraisemblables et de nightclubs infréquentables.

Pour l’instant.

Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire de super maintenant?

Soyons fous, amusons nous!


1. Qu’est ce qu’un kiwi?

2. À la ferme? Quelle ferme?

3. Faites moi un joli haïku sur la Nouvelle-Zélande.

4. À quelle famille d’insectes appartiennent les lucioles?

5. Combien j’ai de doigts?

6. Quel est le nom de l’oiseau que Cécile a sur la tête?

7. À quelle altitude culmine le mont Tongariro?

8. Combien consomme ma voiture?

9. Quelle heure est-il?

10. Donald se promène toujours les fesses à l’air, alors pourquoi met il une serviette autour de sa taille en sortant de la douche?

Advertisements

6 Réponses so far »

  1. 1

    florine said,

    merde j’ai perdu! ce coup çi je m’y colle plus sérieusement!!

    1- un piaf (symbole de la NZ) mais aussi un fruit poilu
    2- bah la ferme des Âges évidemment, là où je suis en formation quoi!!
    3- vive les kiwis
    de l’île magnifique
    aux milles volcans. (je sais pas si y en à milles mais ça colle bien alors…)
    4- les lampyridae, facile pour une GPN (en vrai, merci google et wikipédia!!)
    5- ça dépend de si on compte les orteils, de si t en a perdu en chemin et de combien t’en caches dans ton dos! je dirai 5, c est le nombre de doigts qu’on voit sur la photo!
    6- c’est pas un oiseau c’est un chapeau! t es nul toi! Ciloo va lancer une nouvelle mode c ‘est sure.demain j’essaierai avec une chèvre on verra le résultat! (le canard bridé?)
    7- 1978m!
    8- je dirai autant que toi en bière, soit environ 5 à 6 litres au cent!!
    9- ici 23h50 (oula va falloir que j aille au lit j’ai école demain!) donc l’heure de l’apéro chez vous! à la votre!!
    10- parce que ce petit cochon se tripote sous la douche, du coup quand il en sort sa bite est pas dans son fourreau d’où la nécessité de la cacher à la vue des enfants et surtout de riri, fifi et loulou!

    j’ espère que ce coup là je serai la gagnante même si j’ai pas mis de photo nue de moi. par contre si tu veux je peux t en envoyer une de ton amant (qui te fais un gros bisou avec la langue au passage!)
    plein de bisous les copains.
    Vous me manquez…

  2. 2

    Ghislain said,

    1. Un oiseau endémique de la NZ, plein de vitamine C et qui se déguste à la petite cuillère.

    2. La ferme Turéclerc

    3. Sous les kauris
    Par les brèves nuits d’été
    Sortent les kiwis

    4. Les lampadaires.

    5. Déjà tu as deux majeurs, ceux-là, on les voit souvent. Après, je crois que tu en as deux ou trois autres.

    6. C’est un canard vexé

    7. -1978m. (On compte bien en négatif quand c’est de l’autre côté de la Terre ?)

    8. Voyons voyons, une petite punto… 6.1 L/100km, ça doit faire environ 43 miles pour un gallon britannique de sans-plomb.

    9. Il est minuit à Tokyo, il doit bien être 5h au Mali.

    10. Tout simplement pour informer le lecteur qu’il sort de la douche. Car si on ne le montre pas de cette manière implicite, c’est tout le scénario qui perd sa cohérence. En soi, ce n’est pas grave, mais si les aventures de Donald laissaient trop de place à l’interprétation et à des niveaux de lecture multiples, Picsou Magazine n’intéresserait alors plus que l’élite intellectuelle, celle qui considère qu’un film est commercial dès lors que 200 personnes l’ont vu et que 50 l’ont compris. Hors, la cible des annonceurs des espaces publicitaires de cette revue est plutôt la tranche des 7-13 ans de la classe moyenne. Bref, si Donald met une serviette autour de sa taille, c’est uniquement pour vendre du Coca Cola et des barres chocolatées à des cerveaux infantiles.

  3. 3

    Rémi said,

    Kiwi est le nom que les maoris ont donné à une espèce d’oiseau ridicule endémique de Nouvelle-Zélande. Or, allez savoir pourquoi, les néozélandais ont décidé de faire de cette égérie du grotesque leur emblème national. Depuis, tout ce qui peut se rapporter à leur identité nationale est appelé kiwi. Les kiwis, comme ils aiment à se surnommer, parlent donc kiwi en achetant en kiwis des fruits originaires de Chine (appelés là bas Yang Tao) que tout le monde désormais appelle des kiwis.
    Je crois savoir que l’identité nationale française fait actuellement l’objet d’un débat alors je me permets une suggestion. Comme il est internationalement admis que le couillon est un symbole de notre beau pays je propose que l’on se proclame tous couillons, qu’on parle tous le couillons et pourquoi pas aller dépenser nos couillons dans l’achat de couillons? Qu’est ce que vous en dites?
    Pour en revenir aux solutions des dernières questions, les lucioles appartiennent effectivement à la famille des lampyridae, tant que je continuerais gentiment à payer la mafia j’aurais toujours dix doigts, Cécile aime se promener avec des sarcelles australasiennes sur la tête, le mont Tongariro culmine à 1967 mètres d’altitudes, Myna consomme environ 6 litres de sans plomb tout les 100km mais ça devrait faire moins depuis que la valise de Ciloo n’est plus dans le coffre et il est exactement 16 heure 45.
    Vos haïkus sont super et les explications concernant la serviette de Donald sont convaincantes bien que celles de Florinne pourrait faire pleurer un psy.
    Cependant vu sa rapidité à répondre aux questions et malgré qu’elle s’obstine à garder ses vêtements je considère que Florinne a légitimement gagné cette manche. Qui sera la dernière parce que ça me gonfle de chercher des questions et que vous n’êtes que deux à participer.
    Bisous et Florinne envoies moi ton adresse tu as gagné une photo de moi tout nu.

  4. 4

    Ghislain said,

    Je souhaiterais prendre ici la défense du kiwi. Ce petit animal n’a pas été gâté par la nature et bien qu’étant réduit aujourd’hui à être la proie universelle de toute la faune Néo-Zélandaise, cet oiseau mérite bel et bien son statut d’emblème national.

    Il y a un domaine dans lequel le kiwi ne s’est pas encore imposé pour représenter la Nouvelle-Zélande: Le rugby. Pourquoi sur le massif poitrail des All-Black, à la place de la branche de fougère argentée, ne voit-on pas cette sympathique volaille poilue aux ailes atrophiées ? Et puis avant le match plutôt que d’entonner le Haka des guerriers Maoris, ces vaillants sportifs impressionneraient-ils moins l’équipe adverse en exécutant la parade nuptiale des kiwis ?

    Chaque nation veut arborer un emblème national qui en jette. Le lion figure sur les armoiries de 8467 états, régions ou villes dans le monde. L’aigle arrive second avec un score de 139. Mais finalement, ces animaux ne représentent personne.
    Certains pays ont trouvé une mascotte à la fois balèze et originale. L’Espagne a le taureau, la Russie a l’ours, la Cote-d’Ivoire a l’éléphant, les pays des Andes ont le condor et l’Argentine a le puma.

    D’autres pays n’ont pas la chance d’héberger une espèce animale endémique aisément reconnaissable. Au Sénégal par exemple, l’essentiel de la faune est constituée de chèvres, de chiens errants, de rats et d’anophèles. La sélection sénégalaise de foot devait initialement s’appeler « les chèvres indomptables ». Mais Léopold Sedar Senghor, soucieux d’insuffler un sentiment d’identité nationale chez ses concitoyens y opposa son véto. On a cherché du côté de la flore : la cacahuète fut temporairement adoptée. Mais on finit par se rabattre sur le roi des animaux, même s’il y a moins de lions au Sénégal que dans la fosse du zoo municipal de Maubeuge.

    Nous autres Gaulois, nous avons le coq. Ca n’est ni impressionnant ni endémique, mais bon, c’est à nous. Et puis il nous représente plutôt bien ce volatile altier et bruyant, sa majesté qui règne sur un tas de fumier et qui peut se faire béqueter par le moindre renard.

    Au rayon des emblèmes pas trop effrayants, les Ecossais ont le chardon, les Irlandais le trèfle et les Anglais la rose. Les Algériens ont le fennec, les Australiens ont le wallaby, les Japonais ont le cerisier en fleur et les Portugais ont la morue. Certes, ces mascottes n’ont pas de quoi se la péter, mais au moins ils sont liés aux pays qu’ils représentent.

    La Nouvelle-Zélande a raison de mettre en avant les spécificités de sa faune autochtone. Le kiwi est un magnifique exemple d’expérience ratée de la nature. Il n’aurait jamais vu le jour si un mammifère avait été présent en Nouvelle-Zélande (avant l’homme). Animal sympathique et unique au monde, nul autre pays ne peut se l’approprier.

    Alors vive le kiwi et vive la Nouvelle-Zélande !

  5. 6

    florine said,

    ouai!!! j’ai enfin gagné une photo de toi tout nu! depuis le temps que j’en révais!!

    alors:
    13 route de st aigny
    logement 5
    36300 Le Blanc.
    bon OK c est dans le Berry mais je te jure que le facteur passe régulièrement.

    bon baguage.

    plein de bisous.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :