Home sweet home.

30 mai

Six heure du matin. Je m’extirpe péniblement de mon plumard pour jeter un coup d’œil au temps qu’il fait par la fenêtre du Lodge in the City. Après une semaine de pluie continue j’en viens quand même à maudire le soleil qui m’empêche d’avoir une bonne excuse pour rester au lit à soigner ma veisalgie. Je laisse moisir dans le dortoir mes quatre compagnons d’aventure et me dirige vers l’abri de bus le plus proche. On est dimanche, pas de bus avant une bonne heure, je presse le pas dans le froid en direction du cimetière de Karori.

Vous n’avez pas tout suivi? Je reprend depuis le début!

Tout d’abord la météo. Le climat est certainement une part importante de l’identité culturelle Wellingtonienne (Si ça existe!). Lorsqu’on parcourt pour la première fois les rues de la capitale, on remarque que les trottoirs sont tous couverts, comme dans les vieux villages du désert californien. Seulement ici la chaussée mouillée en permanence laisse à penser que le but n’est pas de nous protéger des coups de soleil. À Welly il pleut tout le temps. Attention ne vous méprenez pas, je n’ai pas dit toute la journée. Il pleut au moins une fois par jour, juste assez pour que le sol reste humide en permanence. Une autre composante de la météo du coin est le vent. Pas forcément très puissant mais toujours présent. Cette semaine les deux ingrédients ont donné naissance à une recette particulière. Il a plu à l’horizontal et en continu, ce qui a eu un effet des plus néfastes sur le moral des troupes…

Venons en à ma veisalgie. Hier on a fêté les trente ans de Dan. Vous ne connaissez pas Dan? Nous non plus mais il fêtait ses trente ans hier dans sa petite maison en bordure du centre ville. À première vue on pensait pas trop arriver à s’amuser dans ce pavillon peuplé de kiwis trentenaires aux allures de faux artistes et nouveaux riches. Fort heureusement Dan a une passion pour les cocktails. Il n’en a pas fallu beaucoup pour que la soirée passe de discussions adultes à quelque chose d’un petit peu plus dans mes cordes. Je passerais très vite sur la femme en ceinte qui me demande si en France aussi on fait des blagues à ses copains avec du caca, je ne suis plus retourné dans cette pièce de la soirée. Sur la terrasse un maori efféminé nous fait l’honneur d’un chant tribal auquel nous répondons par une interprétation a capella de « Marée basse ». Je tombe ensuite sur étudiante autrichienne en langue des signes. Saviez vous que les langues des signes varient d’un pays à l’autre? C’est complètement stupide, « Je n’aime pas travailler » se transforme en autrichien en une incitation aux galipettes! On arrive même à dénicher une étudiante en environnement. Elle vient tout juste de manipuler des kiwis et discutera avec Cécile du plaisir surfait qu’apporte ce genre de rencontre (Moi? Jaloux?). Tout ceci ne répond cependant pas à votre question:

Mais qu'est ce qu'on foutait là?

Pour répondre à cette question il va falloir que je vous parle de mes compagnons d’aventure. Les choses ont plus ou moins évolué en une semaine. Ernesto est le premier à avoir trouvé un boulot de serveur/cuistot en intérim dans un petit resto. Léa a quand à elle obtenu des entretiens pour des petits boulots et des offres d’emplois pour jouer dans des courts métrages érotiques. Contre toute attente elle a rejeté l’offre! Si elle n’y met pas du sien elle n’est pas prête d’avoir un boulot… Cyrielle est « runner » (esclave d’une serveuse) au resto « Le canard » de cinq heure à plus ou moins onze heure. Ayant également obtenu une période d’essai comme « dame frotte-frotte » au YHA (Youth Hostel Association) de neuf heure à trois heure elle hésite encore quand à sa carrière professionnelle… Ciloo fait mumuse sur une radio francophone locale. Les lorraines ont également dégoté une petite collocation pas très loin du centre ville chez Mike, un ami d’un ami de Dan. La boucle est bouclée!

Oui mais le cimetière? Vous n’espériez quand même pas que, sous prétexte d’habiter la capitale, vous alliez être débarrassé des oiseaux! Peter Reese qui bosse au Zoo de Wellington bague régulièrement et m’a demandé de lui filer un petit coup de main ce matin. Et où peut on trouver facilement des oiseaux en ville? Certains arbres dans le cimetière de Karori continuent tardivement à faire des fruits et attirent l’avifaune locale. Du coup on place des filets entre les tombes à proximité des fruitiers!

J'irais baguer sur vos tombes.

Aujourd’hui Peter cherche à poser des bagues de couleur sur les méliphages tui du cimetière. Petit rappel pour tout le monde, un bagueur néozélandais expérimenté m’a un jour annoncé qu’il préfèrerait manipuler une centaine de perruches que de toucher à un tui. Les enfants adhérent à un club naturaliste ont été invité à assister à l’opération. « Ça fait mal? » demandent ils à Peter la larme à l’œil et huit griffes de méliphage dans le doigt. De mon coté pas une goutte de mon sang, qui devait encore contenir des traces des tisanes de la veille, ne sera versé. Un miracle.

Deux personnes pour un oiseau, les méliphages tui sont des frimeurs.

Après ça je déménage vers mon nouveau chez moi. Je partage désormais une chambre avec Martine, une française de trente ans, dans une petite maison à cinq minutes du centre ville. La maison appartient à Cynthia et abritent quatre personne de plus. Sa fille Helen qui ne sait pas à quoi ressemble un sourire, un irlandais et un couple d’étudiant kiwis que je ne vois que brièvement lorsqu’ils sortent furtivement de leurs chambres. Pour relever le niveau sympathie un chat noir qui ronronnent en permanence et miaule quand il est content (et il est souvent content) m’a adopté.

Plus qu’à trouver un boulot.

Publicités

2 Réponses so far »

  1. 1

    1) Cyrielle n’est pas du tout d’accord avec l’appellation « dame frotte-ffrotte »
    2) Cyrielle n’est pas contente de la photo ou on la voit refaire le monde avec Ernesto
    3) Il y a des chances qu’elle te casse la gueule a la recree
    4) Tu viens boire l’apero ce soir?

  2. 2

    Rémi said,

    1) Cyrielle préfère peut être le titre de « Conchita », « Bobonne » ou « Bonniche » mais ce blog est le mien et si elle n’est pas contente elle peut toujours aller se plaindre sur son blog.
    2) Moi je trouve que le monde est beaucoup mieux comme ça.
    3) J’l’attends.
    4) Tu as d’autres questions débiles? Vous préférez que je passe à quelle heure?


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :