Mais quand le cachalot se baleine s’est beaucoup plus rigolo!

31 août

Le bureau de Manuel.

Ça y est j’ai enfin embarqué à bord de Titi! Titi c’est le bateau que le DOC prête à Manuel. Il est piloté par Henry, un septuagénaire à qui il ne reste pas beaucoup de dents et qui parle comme Popeye… Il est super sympa mais personne ne comprend rien à ce qu’il raconte. Pour faire semblant tout le monde rigole doucement à la fin de ses phrases mais le jour où il nous annoncera la mort de son chien on aura l’air malin…

Capitaine Achab.

Titi est totalement dédié à la recherche et comme Manuel s’intéresse tout spécialement aux sons émis par les cachalots, le bateau ressemble beaucoup à une salle de répétition. Les cachalots macrocéphales émettent différents sons sous la forme de séries de « clics » selon ce qu’il sont en train de faire. Ces clics sont liés à l’écholocation que ces animaux utilisent pour ce repérer dans les profondeurs obscures de l’océan. Par exemple lorsque le cachalot chasse on entend une série de clics répétés à très courtes intervalles ressemblant au son d’une mitraillette malade. Ces clics peuvent également être émis à très forte puissance pour permettre à la baleine de papoter avec ces copines à plusieurs kilomètres à la ronde. Quand un cachalot se repose à la surface on peut entendre toutes les trois quatre secondes un puissant clic métallique. La journée à bord de Titi commence par un rapide trajet jusqu’au canyon sous-marin tout proche. Là on place un hydrophone dans l’eau et on cherche le cachalot qui nous semble le plus près.

Manu le cachalot au chant.

Une fois un petit bavard repéré on laisse trainer derrière nous un autre modèle d’hydrophone qui nous permet de connaître la position approximative de la baleine tout en se déplaçant. Des hauts parleurs un peu partout dans le bateau nous retransmettent en direct les babillages du cétacé.

Stéphanie en ingé son.

Quand la baleine remonte à la surface elle arrête son bavardage. Au moindre silence tout le monde se retrouve donc sur le pont à scruter la surface de l’eau. La plupart du temps c’est une fausse alerte et le petit farceur reprend son cliquetis tranquillement en mâchouillant un calamar géant au fond du canyon. Mais lorsqu’il remonte vraiment ça s’active à bord de Titi. L’un d’entre nous se positionne à l’arrière d’un clavier posé sur le toit de la cabine. Il tape sur différentes touches en fonction du comportement de la baleine. Les souffles, changements de cap et autres actions de l’animal sont instantanément enregistrés dans un ordinateur en cabine.

Manuel au clavier.

Le deuxième sur le pont enregistre différentes mesures aux jumelles et compas en attendant le moment crucial. Ce moment est celui où j’apprends les fleurons du vocabulaire portugais. Contrairement à Ophélie qui enregistre les mouvements de n’importe quelle baleine en surface, Manuel essaies quand à lui de suivre un seul animal par jour. Le but est d’avoir des enregistrements audio de chaque individu et de pouvoir les comparer. Or pour reconnaître avec certitude notre individu il nous faut impérativement la photo de sa caudale. Si Titi est mal placé ou que le cachalot s’amuse à plonger sans sortir sa nageoire on n’a pas de photo. Or si on a pas de photo on ne sait pas qui était ce cachalot qu’on a traqué pendant une heure et dont on a enregistré tout les faits et dires… Si la photo est ratée Manuel en perd son anglais pendant cinq minutes.

L'énigme du jour: Qui saura me dire pourquoi les locaux ont appelé ce cachalot Manu?

Toutefois lors de notre dernière sortie les choses ont pris une tournure assez extraordinaire… Le bateau résonnait depuis une bonne demi-heure des cliquetis de nombreux cachalots. Nous avions du mal à suivre le même tant il y en avait qui sortaient d’un peu n’importe où en pointant dans des directions complètement différentes. Après avoir copieusement insulté un cachalot qui sortait et replongeait dans l’eau depuis cinq minutes sans jamais montrer sa caudale Manuel s’est tu. D’ailleurs nous nous sommes tous tu. Qui peut dire quoi que ce soit devant trois cachalots qui sortent leurs têtes de l’eau en même temps à proximité les uns des autre. Les animaux se pourchassaient avant de se faire face à nouveau, sortaient le bout de leurs têtes de l’eau, glissaient sur le coté et exhibaient des bouts de caudales n’importe comment. Le tout se déroulait sous un ciel couvert de gros nuages aux travers desquels perçaient de gros rayons de soleil et la mer était survolée par de nombreux albatros. Après que les trois animaux ait sondé au même moment dans des directions opposées Manuel a regardé Henry et lui a dit:

« Je crois que ça suffit pour aujourd’hui, on peut rentrer… »

Rideau...

4 septembre

Le vent souffle tellement fort depuis quelques jours que Henry refuse de prendre la mer. Depuis le bureau d’Ophélie on arrive même plus à distinguer un mouton d’un cachalot. Par contre les bateaux touristiques tournent quand même, quitte à faire vomir quelques passagers… Comme les autres ont la flemme (je vous jure) j’enchaine les sorties quasi quotidiennement.

C'est bien parcequ'il faut aider...

Publicités

10 Réponses so far »

  1. 1

    Gagarine said,

    Alors comme ça la Nouvelle Zélande a tremblé ? Et à ce qu’il parait tu n’as rien senti ?

    Fais gaffe quand même quand tu lâches une caisse !

    • 2

      Rémi said,

      4h du matin un samedi il faut plus de 7 de magnitudes pour me réveiller! Non en fait on habite un peu en hauteur du coup personnes n’a été réveillé dans ma maison mais Manuel et Ophélie habitent au bord de l’eau et on eu droit aux cadres sur les murs qui gigotent…

  2. 3

    Cosette said,

    Yo dis voir as tu ressenti le tremblement de terre? y a t il eu ras de maree ou echouage massif de cachalot?? tu reste combien de temps encore ds ce petit bout de paradis alors??

    • 4

      Rémi said,

      Ceux qui habitent sur le bord de mer ont été réveillé mais dans ma baraque on a rien senti. Je bouge en Australie dans deux semaines, si l’aéroport de Christchurch est toujours en état…

      • 5

        Ciloo said,

        Yep le Velu, coucou Gagarine et hello Cosette!!
        Bonne nouvelle l’aeroport de chistchurch a reouvert et je suis acceptee pour dealer avec les cachalots a mon tour!! Plein de bisoux mes loulous!!

  3. 6

    Rémi said,

    Merci pour le « Hairy french guy » by the way…

  4. 7

    karibouh said,

    Pour le cachalot, je dirai Manu pour « Manu Vatuvei ».

  5. 10

    Rémi said,

    Hé hé bien vu mon grand! Un vieux pêcheur bourré m’a dit que son vrai nom devrait être zigounette en maori mais « l’oiseau » ça sonne mieux auprès des touristes. Enfin bref, la queue de Manu est censée dessiner la forme d’un oiseau ailes tendues…


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :