Last days.

31 décembre

Vous l’avez peut-être remarqué mes errances depuis l’île Stewart sont un peu désordonnées. Il faut dire que l’isolement et les fêtes de fin d’année n’aident pas vraiment à planifier des pêches à l’ornithorynque. Le peu de jours qu’il me reste n’incite également pas à l’embauche. Le pire cependant est la météo du moment. Un sacré bordel si vous me permettez l’expression. Par exemple le jour de ma traversée du détroit de Cook des inondations monstrueuses ont bloqué toutes les routes de la région de Nelson. Un peu plus et on aurait eu l’occasion de finir notre barathon avec le frangin. Concernant la traversée en elle même le vent était tellement puissant que quelques albatros se sont perdus aux portes de la baie de Wellington.

On dirait qu'un gamin a perdu son cerf-volant.


Une fois la tempête passée et après de chouettes retrouvailles avec Cynthia j’ai repris ma route vers l’été. De ce côté de l’équateur l’été se trouve au Nord et au Nord de Wellington se trouve un gros volcan solitaire, Mount Taranaki aussi appelé Mount Egmont. Taranaki est un monsieur super sympa qui essayent plusieurs chapeaux de nuages allant du rose au violet en passant par le rouge ou l’orange avant d’enfiler son pyjama de brume lorsque s’allument les premières étoiles.

Fujimanjaro.


Ce volcan est le cœur d’un parc national superbe où le camping est autorisé n’importe où tant que l’on ne se trouve pas à moins de cent mètres d’un sentier. Un concept très rigolo bien que personne ne semblent vraiment vérifier l’exactitude de nos mesures. Comme d’habitude l’une des rares région plus ou moins préservée du pays abritait sa petite population notoire d’oiseaux natifs. Mais comme ils ont l’air de commencer à vous gonfler je vais vous parler d’un autre groupe d’animaux très présent dans le parc:

Les invertébrés!


Bon je ne vous en fait qu’un parce que j’ai déjà le sentiment d’avoir perdu la moitié de mes lecteurs avec la photo précédente. Je me répète surement alors je vous la fait courte. Vous savez maintenant tous que l’évolution en Nouvelle-Zélande a suivi un chemin tout particulier en l’absence de poilus. L’absence des mammifères sur Aotearoa n’est toujours pas vraiment expliquée. La seule certitude est que la Nouvelle-Zélande s’est détachée du Gondwana à l’époque où les dinosaures régnaient en maîtres sur la planète. Il est probable que les mammifères n’est tout bonnement pas encore été présents à cette époque. En plus de cela de nombreux bouleversements géologiques ou climatiques ont mis à rude épreuve les espèces locales. À l’arrivée des premiers hommes l’essentiel des animaux descendant encore directement d’ancêtres Gondwanaïens étaient les ratites, les xéniques, les sphénodons, les grenouilles et la plupart des invertébrés. L’un des genre les plus remarquable est celui des peripatus. Les scientifiques ont longtemps hésité entre le classer comme un insecte ou comme un ver. Finalement il a sa lignée à part et n’a quasiment pas évolué depuis l’ère des dinosaures. Une capacité intéressante de ce minuscule animal est celle de pouvoir projeter sur ses victimes deux aiguillons venimeux. Ces projectiles permettent au prédateur de tuer et prédigérer sa proie.

Ce qui n'est pas dit dans les livres c'est qu'il crache également sur ceux qui ont l'idée saugrenue d'aller le tripatouiller...


Après de bonnes balades j’ai tendu mon pouce un peu à l’aveuglette. Je commence à me dire que je ne fais du stop que pour le plaisir du stop… Quoi qu’il en soit ça fait bien marrer tout le monde lorsque je répond « I don’t know » à « Where do you want to go? ». Mon petit pouce et un paquet de chauffeurs sympas m’ont ainsi trimballé à travers la région de Waikato. Ce que j’aime avec l’île du Nord c’est qu’on a pas besoin de faire trois heures de route pour arriver à un endroit rigolo.
Cela dit, sorti d’une statue cultissime la ville d’Hamilton n’est pas vraiment rigolote…

It's just a jump to the left...

5 janvier

Hamilton n’ayant pas l’air d’être la destination rêvée pour un réveillon du nouvel an, j’ai poursuivi jusqu’à la péninsule du Coromandel.

Là pour le coup c'est sympa.


Avec tout les atouts d’une île tropicale paradisiaque je m’attendais à un bon feu de camp sur la plage. Malheureusement les lois ultra répressives envers la consommation d’alcool sur les lieux publiques font qu’ici aussi on est obligé de s’abreuver dans les bars. Qu’à cela ne tienne le petit pub de Coromandel Town accueillait un groupe sympa et le fait d’être le seul étranger était bien agréable. Les jours suivants je continuais mon exploration de cette superbe région. J’observais les stupides gérygones nourrir des jeunes coucous trois fois plus gros qu’eux, une cinquantaine de sarcelles de Nouvelle-Zélande barboter dans une mangrove et deux pluviers roux protégeant leur progéniture.

Encore vous?


Mon dernier trajet en stop, celui reliant Thames à Auckland, a certainement été le plus épique de mon voyage. Six gamins scouts dans un minibus revenant d’une sorte de JMJ miniature… Coincés dans les embouteillages nous sortions du véhicule pour jouer au « Ninja » entre les voitures. Lorsque le trafic reprenait on se jetait dans la camionnette. Las de s’être nourris de gâteau de riz pendant plusieurs jours mes compagnons se mirent en quête de bouffe plus appétissante. Commença alors un troc amusant. Contre des nuggets au poulet ou des chips, mes scouts offraient aux voitures qui nous dépassaient de petites bouteilles d’eau estampillées « Jesus loves you. ». Or une fois rassasiés de nourriture bien salée nous n’avions plus beaucoup de potes Jésus. Commença alors la distribution de part de gâteau de riz contre des bouteilles d’eau estampillées « Coca-Cola Company loves you. ». Pour finir mes joyeux lurons refusèrent de me laisser sortir sans auparavant prier leur Seigneur de me protéger, moi, ma famille et mes amis… J’en connais un là-haut que ça a dû bien faire marrer!

Tu feras bien rigoler ton prochain.


Pour mon anniversaire je me suis offert un petit extra touristique. Le golfe d’Hauraki est magnifique et j’ai déjà eu de bonnes occasions d’en parcourir certaines îles ou des bouts de côte. Je n’avais cependant pas encore eu l’occasion de découvrir la vie marine du golfe. Je suis donc monté à bord d’un bateau qui proposait d’observer les dauphins de la région.

Le bébé koala va prendre un coup...


Je vous épargne les innombrables oiseaux fascinant sur le chemin mais me doit de vous parler des fous austraux. Ces oiseaux qui se nourrissent dans les eaux du golfe servent de détecteurs à dauphins. En effet pour les dauphins l’hydrophone n’est pas très utile à la localisation car les animaux se déplacent bien plus vite et aléatoirement que les cachalots. Leurs vocalisations sont apparemment assez bordélique aussi. Et le souffle d’un dauphin n’est pas plus visible qu’un pet de baleine… Comment on se sert d’un fou austral alors? Lorsque les dauphins pêchent ils regroupent les poissons en un banc. Cherchant à échapper aux prédateurs les poissons sautent hors de l’eau à chaque charge. Et une centaine de poissons qui sautent hors de l’eau ça n’échappe pas aux yeux aiguisés des nombreux fous qui survolent le golfe. Dès que l’on remarque un grand nombre d’oiseaux qui se dirigent quelques part on les suit et on assiste au festin. Les fous tombent en piqué telle une pluie de météores tandis que les dauphins cabriolent dans tous les sens, un spectacle magnifique!

Qui d'ailleurs me rappelle une anecdote amusante. Figurez vous qu'un jour où il chevauchait un dauphin dans le golfe d'Hauraki, Isaac Newton...


Bon ben ça y est… Je quitte ce pays dans quelques heures… Je suppose que je devrais écrire une sorte de conclusion après tout ça… Mouais… En quelques lignes ça ne va pas être évident… Oh et puis si vous vous voulez connaître un pays vous n’avez qu’à vous y rendre au lieu de vous fier aux avis du premier touriste venu qui raconte sa vie sur internet!
Voilà!

Plus sérieusement si vous avez des questions concernant ce pays fantastique je serais toujours ravi d’y répondre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :