Je sais où tu t’caches!

9 janvier

Le hasard des compagnies aériennes pas cher m’a fait passer une journée au Negara Brunei Darussalam. Derrière ce nom compliqué se cache un pays étrange et bien plus intéressant qu’il n’y parait, situé sur la côte Nord de l’île de Bornéo. Le Sultan Yang Dipertuan Negara Hassanal Bolkiah y règne de manière absolue sur une population de 400 000 habitants. Parmi les hommes les plus riche de la planète grâce au commerce du pétrole, il en fait largement bénéficier ses sujets. Pas d’impôts, zéro frais d’hospitalisation et de scolarisation et d’importantes aides au logement sont parmi les exemples de sa générosité. Bien entendu il faut prendre tout cela avec des pincettes et savoir gratter sous la surface enjolivée des informations que vous transmettent des organismes de presse ou de tourisme totalement contrôlés par le souverain. Bien qu’à aucun moment je n’ai vu le moindre signe de pauvreté de nombreux organismes internationaux considèrent que vingt pour cent de la population du pays vit sous le seuil de pauvreté. Parmi les bons points pour le pays on notera le taux de criminalité quasi inexistant. L’essentiel des crimes consistent en des conduites dangereuses, des transgressions de zones non fumeurs et des consommations d’alcool illégal. Et c’est là que se trouve le piège! Après quelques heures à me faire énumérer les attraits du pays je commençais à me demander pourquoi je ne demandais pas la nationalité brunéienne. Contrairement à la plupart des pays dirigés par des chefs d’états musulmans la loi coranique n’y est pas trop contraignante. Voiles et mini jupes partagent les mêmes trottoirs sans que personne ne s’en plaigne et on trouve plusieurs églises chrétiennes et un temple chinois au sein de la capitale. Par contre concernant l’alcool c’est différent. Aucune vente de boissons alcoolisées n’est autorisée dans le pays et il n’existe aucune discothèque ou boite de nuit. Lorsque je me suis intéressé à ce qu’on pouvait faire ici après la nuit tombé on m’a répondu « dormir? ». Les brunéiens n’ont tout bonnement aucun loisirs. Le sultan avait fait construire un parc d’attraction dont l’accès était gratuit pour ses sujets. Il a fermé par manque de fréquentation… La peine de mort passe encore, mais la prohibition c’est dur!
Après cette petite présentation bordélique du pays allons-y pour mon expérience personnelle. Tout d’abord tout le monde là bas a été extraordinairement sympa et ça c’est vraiment un très bon point. Au niveau des choses à voir j’ai été attiré par le plus grand village sur pilotis du monde.

Kampong Ayer


Trente mille personnes vivent à Kampong Ayer. On y trouve un poste de police, une caserne de pompier et tout les commerces nécessaires pour vivre sans jamais quitter le village. Situé dans les mangroves qui avoisinent la capitale on ne peut y accéder que par bateau. Par conséquent des tas de jeunes passent leurs journées à faire la navette sur des petites barques de fortune pour un dollar le trajet. En papotant avec eux autour d’un coca je leur ai demandé des détails sur les mangroves en elles mêmes. J’ai très vite compris que j’y trouverais plus mon bonheur qu’à Kampong Ayer. Me voilà donc à bord de l’esquif de Sammy à explorer les mangroves sous une pluie torrentielle. Les mangroves sont un labyrinthes de canaux au milieu desquelles surgissent aléatoirement pêcheurs, aigrettes, épaves de pétroliers et groupes de nasiques.

Elle est naze ta zik!


On passe une petite heure a regarder les singes faire les marioles dans les arbres tout en écopant les litres de flotte qui remplissent rapidement notre embarcation. J’ai connu pire comme attente entre deux avions.
À la tombée de la nuit j’embarquais dans l’appareil qui se dirigeait vers les Philippines. La première chose qui frappe quelqu’un qui vient de Nouvelle-Zélande en passant par Brunei lorsqu’il arrive à Manille c’est la pauvreté. Au cours de l’année qui s’est écoulée on ne peut pas dire que j’ai vu énormément de misère. Les jeunes prostituées, les gamins mendiant, la puanteur, la crasse et les types qui dorment n’importe où n’en sont que plus impressionnant.
Lorsque je me suis renseigné sur les Philippines je me suis vraiment demandé se que je venais foutre ici. Si vous écoutez la plupart des gens ils vous diront que vous ne pouvez pas vous balader où que ce soit sans rentrer à poil sans vos botes, ou même pire. Résultat tout les touristes sont parqués dans leurs hôtels et n’en sortent que pour se jeter dans les taxis. J’avoue que dans ce climat je n’étais pas très rassuré. Pourtant le premier soir dans ce pays nous sommes allez boire des bières avec Karl et Joe dans le tas de taule qui sert de pub en face de la guesthouse. Bien entendu tout le monde nous l’avait fortement déconseillé mais après s’être débarrassé de quelques touristes français chiant qui nous cassait les pieds avec « ce pays est vraiment merdique », on a passé une soirée géniale. Vous me connaissez, ça ne vous étonnera pas d’apprendre qu’une heure après notre arrivée on dansait sur les tables avec un groupe de philippins sympas, on échangeait des blagues salasses avec les prostituées de la ruelle et prenions des photos avec tous les gamins qui vendaient des fleurs en plastique. On a particulièrement sympathisé avec Biboï et ses amis venus fêter son anniversaire et ils nous ont entrainé dans une sorte de boîte de nuit minable où nous étions les seuls étrangers. Nuit mémorable a enchainer les girafes de « Hulk » (Un cocktail vert qui « Smash ») en dansant comme des malades.
Après ça j’ai réalisé que Manille n’est pas plus dangereuse que les puces de Clicli et avec un minimum de bon sens on peu s’y balader tranquillement. Par contre ça n’a pas plus d’intérêt que les puces de Clicli…
Alors qu’est ce que je fous là? Mon blog ne s’appelle pas « Les oiseaux d’abord » ni « La bière d’abord », si je suis venu ici c’est pour passer voir un copain. Manu vit aux Philippine depuis quatre ans et il était plus que temps que je passe lui rendre une petite visite. Après un excellent diner préparé par Dainty, nous avons passé la soirée autour d’une bouteille de Matador sur la terrasse de leur appart’ en se faisant bouffer les pieds par son stupide chat. Une excellente soirée et la certitude immédiate que ce petit détour est une très bonne idée.

Advertisements

2 Réponses so far »

  1. 1

    flo, ciloo, marion, clem' and Co... said,

    salut la blonde!!!

    contenteS de savoir que tu t’amuses bien aux Philippines parce que nous et ba on a drôlement bien rigolé hier soir!!! heureusement que t’étais pas là ça nous aurait gâché la soirée. Même ton pote Clément a dit qu’une grosse soirée sans toi s’était vachement mieux!

    Marion demande où est le palais des congrès à Paris, si tu pouvais nous répondre rapidement ça nous arrangerai pas mal…

    allez à tout bientôt gros cons!!
    et des bisous…

  2. 2

    Rémi said,

    Si y a qu’ca pour vous faire plaisir je me contente de passer en Belgique et je retourne vite fait me faire plaiz aux Philippines!
    Pour le palais des congres c’est du cote de la porte Maillot a l’Ouest de Paris.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :