Turista.

12 septembre

 

Le tourisme en Chine ce n’est vraiment pas une sinécure. Considéré pendant longtemps comme contraire à l’idéologie du Parti, glandouiller au lieu de travailler était plus ou moins interdit. Cependant le tourisme étant l’un des secteurs économiques les plus rentables de notre siècle, les communistes ont un peu revu leur façon de penser. Malgré l’aspect « activité luxueuse de bourgeois » le tourisme a commencé à se développer dans le pays. Le tourisme à la chinoise…

Dans le pays le plus peuplé du monde le tourisme se fait en masse. L’accès aux
sites touristiques est souvent très cher, surtout comparé au coût de la vie ici, et se fait principalement en groupe. Autant dire que si vous voyagez en solo avec votre sac sur le dos, vous ne présentez aucun intérêt économique. Ajoutez à ça que personne ne parle anglais et vous comprendrez pourquoi j’ai passé le plus clair de mon
temps dans les salles d’arcade de Chengdu.

You just can't beat the beat!

Ma première expérience touristique fût le bouddha géant de Leshan (樂山).
Grâce à ces co***rds de talibans il fût pendant un courte année la plus grande statue représentant un bouddha sur la planète. Jusqu’à ce qu’en 2002 les chinois finissent la plus grande statue du monde, le Lushan Dafo, un bouddha de cent vingt-huit mètres de haut. Bref en descendant du bus une jeune chinoise m’indique la navette touristique qui va m’emmener à l’entrée du parc qui abrite le bouddha. Et ce n’était pas vraiment une suggestion, plus un ordre. Prétextant une envie pressante je m’éclipse et embarque dans un bus local qui se dirige vers le centre ville. De là je me fais à nouveau harceler pour payer une fortune en soutien touristique. Je m’échappe cette fois ci à bord d’une petite embarcation qui traverse la rivière avec à son bord des
chinois, des poules et des paniers pleins de piments. L’île sur laquelle je suis déposé est magnifique. Je suis le seul occidental, tout le monde est occupé à récolter les cacahuètes et j’ai une vue imprenable sur le gros bonhomme. Le problème est qu’en ce moment c’est la saison des brumes au Sichuan et je ne peux donc pas vraiment
apprécier la superbe statue à sa juste valeur. Je me suis donc rapproché de l’œuvre monumentale en bateau.

Notez les adorateurs de la secte du Dieu tourisme pour l'échelle.

L’écotourisme rassemblant deux des domaines les moins appréciés par le Parti,
l’évoquer revenait limite à afficher votre soutien pour le Dalaï-lama. Toutefois là encore, tout arrive et les choses évoluent. Mais pas forcément dans le bon sens. La plupart des réserves et parcs nationaux dédiés à la préservation d’espèces menacées sont tout bêtement interdits d’accès aux touristes. Ce qui est très frustrant mais efficace d’un point de vue conservation. Lorsqu’ils sont accessibles c’est à un prix assez exorbitant et seulement dans le cadre de groupes organisés. À moins de vous payer le luxe d’un ranger particulier il est totalement interdit de sortir des sentiers battus. Une alternative que j’avais envisagé était la réserve naturelle de Wolong (臥龍自然保護區), le plus grand sanctuaire à pandas de la planète. Pas spécialement
pour les grosses peluches, qui sont impossibles à observer dans la nature, mais pour la forêt très bien préservée et parcourue de petits sentiers de randonné. Malheureusement depuis le terrible tremblement de terre de 2008 qui a tué cinq gardes et au moins un panda dans le centre d’élevage de la réserve, tout le site est
interdit d’accès. Je me suis donc rabattu sur la réserve de Bifengxia (碧峰峽).

Encore un endroit super moche.

Depuis que l’endroit a récupéré les pandas captifs survivant de Wolong, Bifengxia abrite quatre-vingt peluches dans son centre d’élevage. Presque la moitié de la population captive mondiale. Cependant toute la partie sauvage de la réserve est inaccessible. Toute? Non, pas vraiment. Un petit sentier de randonnée a été aménagé au fond de deux magnifiques vallées. La promenade pavée longe des cascades, des vendeurs de brochettes et une falaise abritant de très surprenant cercueils suspendus très similaires à ceux que j’avais pu observer à Sagada, aux Philippines.

Les grands esprits se rencontrent...

La ballade est superbe mais à part quelques piafs et de magnifiques papillons il n’est pas vraiment possible d’y observer des animaux sauvages. J’ai bien tenté de m’éclipser à plusieurs reprises vers l’intérieur de la jungle, mais il se trouvait toujours un type en uniforme pour sortir de nul part et me faire comprendre que je n’avais rien à faire là… J’ai donc continué mon périple en allant battre la campagne un peu au hasard.

Par là ça a l'air bien.

Devant tant de frustrations je n’ai pas mit longtemps pour retourner à Chengdu. Frôler la mort sur le « s’coue bite » sans freins, sans phare et sans casques de Quentin pour passer d’un bar à l’autre après avoir dégusté des pénis de yacks ça vous redonne
goût à la vie!

Le tout à contresens sinon ce n'est pas drôle.

Je me doutais bien que mon pote ne se serait pas installé ici si la vie y avait été morose mais il s’avère que Chengdu est vraiment une ville agréable. La façon dont les habitants sont détendus et se sentent libres contraste énormément avec l’image autoritaire d’un des pays qui prête le moins d’importance aux droits de l’Homme. L’ambiguïté a atteint son paroxysme lors du sixième anniversaire du « Hemp », un bar renommé, situé juste au dessus d’un bar gay. Même en France appeler son bar « Cannabis » pourrait poser problème, alors que celui ci à tenu six ans en Chine… Lorsque vous passez devant un bar à Chengdu il n’est pas rare de voir une déco tournant principalement autour de la plus célèbre feuille du monde et une dizaine de jeunes chinois défoncés vautrés par terre. Et on ne peut s’empêcher de sourire en observant le patron du bar qui continu à se donner un look de dealer en refourguant sa came sous le manteau… Bref ma dernière soirée dans cette ville avait plus l’air d’un samedi soir à Amsterdam que d’un couvre-feu sur fond d’hymnes communistes.

À la prochaine camarade!

 

Advertisements

7 Réponses so far »

  1. 1

    Quentin said,

    Haha ! Je savais que tu parlerais du s’cou bite !!!

    Et puis je me souvenais plus de cette photo avec la Beer Lao… Enfin j’ai oublié quelques passages de cette soirée… Disons que j’ai de légers flashback mais je me souviens de rien sinon…

    Sinon, ça se passe bien ? T’es où maintenant ?

    • 2

      Rémi said,

      Bah ça sent la fin, je suis à Dalian et j’attend mon ferry qui part vendredi. Pour l’île aux serpents ça a l’air un peu mort mais je tente le tout pour le tout demain aux embarcadères…
      Sinon à Xi’An j’ai été hébergé par des profs d’anglais qui se faisaient du 5 000 Yuan par mois avec appart’ de fonction! Tu parles d’un taf…
      Je vous balance les dernières news bientôt j’ai eu du mal avec internet ces derniers jours.

      • 3

        Quentin said,

        Bon, j’espère que t’as reçu mon ptit sms et que t’étais pas encore sorti de Chine à ce moment.

        Fais gaffe à toi, les sud coréens sont des fous qui croient encore à la démocratie et qui mangent leur propres enfants.

        Ca m’a fait plaisir de t’avoir à la maison. Reviens quand tu veux. La prochaine fois, j’aurai réalisé mon rêve : j’aurai fondé une entreprise prospère et j’aurai délégué tout le travail à des sbires. Ce qui me permettra de vivre une vie idéale : fumer des joints et jouer à la playstation toute la journée.

  2. 4

    Clém said,

    Salut Rémi,

    Un peu de mal à suivre ton blog, mais j’ai pris le temps de lire quelques articles et la Chine semble un pays bien chouette !!! et là tu repars ou ? Amuse toi bien et profite à fond de tes voyages !!! gros bisous

    • 5

      Rémi said,

      Merci! Je suis en Coree du Sud en ce moment, je devrais avoir un petit taf tranquilou sur des piafs. J’espere que tout va bien par chez toi!

  3. 6

    Rémi said,

    @ Quentin: Pas de SMS mais j’ai toujours ma carte SIM alors je le recevrais quand je repasserais ^^. Tu te rends compte qu’en Coree je n’ai pas le droit d’avoir une carte SIM en tant que touriste! Et ca se pretend une democratie… Sinon ton plan de carriere a l’air bien. N’oublies pas qu’on doit finir Terminator Salvation aussi!

    • 7

      Quentin said,

      Ha ouais quand même… La dictature communiste n’est peut-être pas parfaite, mais c’est le meilleur système qu’on ai trouvé (reprise de citation).

      T’inquiète pas pour Terminator, je t’attends pour le finir. Je vais chaque jour chercher des jetons cadeaux et j’aurai bientôt de quoi remplir une baignoire.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :