Insulaire toi même!

24 octobre

 

Il est temps que je vous parle de l’endroit tout pourri où je vis: le Parc National de Dadohae Haesang.

On a bien cherché, il n'y a pas de Mc Do'.

Oubliez la cabane kiwie sur Ulva, où on s’entassaient à cinq dans la même pièce en bois. Le campement roumain sans eau ni électricité me paraît lui aussi bien loin. Je travaille désormais au sein du très moderne Migratry Birds Center. J’ai mon propre bureau, on bague dans une pièce super équipée et ce qui devait être une chambre se révèle être un appartement avec écran plat et coin cuisine!

J'ai même ma propre salle de bain! Fini les baignades en mer.

J’ai beau dormir à trois minutes quarante-sept de marche de la plage (j’ai chronométré), il fait un peu froid et l’eau et vraiment sale. Concernant le coin cuisine, je dois avouer qu’il ne m’a pas encore servi. Vu que j’ai une cantine avec une fantastique cuisinière! Je mange coréen à tous les repas. Manger en Corée c’est assez spécial pour que je vous fasse un petit topo.

Les couverts sont très souvent en métal, ce qui dans le cas des baguettes est vraiment pénible. Et ça fait un boucan d’enfer. L’explication qu’on m’a donné c’est que, par le passé, certains rois exigeaient des couverts en argent. Parceque l’argent s’oxyde au contact de nombreux poisons. Pour se la péter, des gens du petit peuple (les 99%) se sont mis à faire de même. Avec de l’étain parce que quand même. Autre particularité, un plat coréen et toujours agrémenté d’une myriade de petits en-cas. Vous avez votre plat principal, de poisson cru ou bouilli en général, un bol de riz et tout un paquet de petites assiettes contenants divers légumes peu cuit. Le tout étant copieusement épicé. Et puis il y a les pauses sashimis…

La petite bouteille c'est du soju.

Au Kirghizstan ils ont le thé, en Corée c’est les sashimis. À chaque fois que j’ai accepté une invitation à des sashimis, je suis ressorti saoul. Et ici les sashimis c’est partout. Lorsque je me suis promené dans les rues de Séoul en arrivant, j’ai d’abord pensé que les coréens étaient tous des aquariophiles en puissance. Les devantures de restaurants sont cachés par de très nombreux aquariums. À côté de chez Kate il y en a même un qui contenait des fugus! Bref si vous voulez vous cogner le cerveau avec des copains en Corée c’est facile. Vous sortez dans la rue, vous choisissez votre poisson dans un aquarium, vous l’écaillez, vous le coupez en morceau, et c’est partit!

Analyse gustative de solutions alcoolisées.

Et pour picoler, les coréens picolent. Ils sont certainement parmi les plus friands d’alcool que j’ai pu rencontrer. Il n’est absolument pas rare de tomber sur un coréen ivre où que ce soit et à quelque heure du jour ou de la nuit. Les coréens boivent beaucoup et ils boivent n’importe comment… Dans une soirée type, si j’ai de la chance de trouver de la bière, il n’y a pas deux cannettes identiques. On dirait que pour qu’une soirée soit réussie, il faut que vous y trouviez tous les alcools forts de la planète et bien sûr, les avoir tous gouté… Les alcools locaux sont des liqueurs à base de riz contenant de 20% à 40% d’alcool, dont le fameux soju. Bien que très gentil au niveau de la sobriété, ce breuvage me colle les pires veisalgies que j’ai jamais connu!

Voilà pour le topo.

Revenons en au Parc National. Comme je vous l’avais déjà dit, le Migratory Birds Center se trouve sur l’île d’Heuksando (qui compte au moins un bar) mais jusqu’à l’an dernier, le centre se trouvait sur l’île de Hongdo.

Toute aussi moche.

Je m’y suis rendu avec Ogura-San pour une petite journée de baguage. L’île est très célèbre pour avoir vu passer au moins soixante-quinze pour cent des espèces d’oiseaux répertoriées en Corée. De nombreuses espèces coréennes ont été vu pour la première fois sur cette île, comme par exemple (je ris) le rouge-gorge ou le moineau domestique… Rien d’aussi exotique quand je m’y suis rendu, juste les bruants masqués habituels et un ennuyeux pygargue à queue blanche. L’ancien bureau du centre m’a bien fait rigolé car il ressemblait déjà plus à ce que je connaissais dans le genre. J’ai bien fait de ne pas venir l’année dernière! Désormais seules deux personnes travaillent quotidiennement pour le centre sur cette île.

Une autre île que je suis allé visité c’est Jangdo.

C'est peut être ici que je vais pouvoir tenter mon bâteau-stop?

On trouve sur cette île une très curieuse zone humide. Elle se situe sur une sorte de plateau à mis chemin du sommet de l’île. Sa spécificité et son importance pour de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs ont incité les autorités à la classer site RAMSAR. C’est le seul site de nidification connu en Corée pour les bulbuls de Chine. Je sais vous vous en cognez mais leur nom me fait marrer et je voulais qu’ils soient sur mon blog.

Enfin voilà je réserve les histoires de boulot pour plus tard.

Et tant pis pour petit grèbe qui prend son bain!

 

Advertisements

4 Réponses so far »

  1. 1

    Cathy said,

    Pas de chance vraiment…

  2. 3

    CO² ZT said,

    rahh g un vieux souvenir de la nourriture a bord de Korean air pour venir en Nouvelle Zelande! bon c sur c de la bouffe d’avion ms le pudding riz au the epice du matin…. brrrr!! Bon j’espère que tu detailleras plus sur ton boulot de soigneur ca m’interresse! surtout si le taux de réussite est meilleur que la ou gt en France! insoule toi bien bouclette! Au fait t’as eu beaucoup de surnoms depuis que t parti? tu leur as pas rappelé une divinité ou une mythologie par la ou tu es passe?
    bisous!!!!

  3. 4

    Rémi said,

    Sérieux la bouffe ici est plus que nickel mais il parait que c’est surtout la région où je suis. Pour le boulot de soigneur t’inquiètes je détaillerais. J’ai un collègue avec qui je m’entend super bien qui vient d’entamer un nouveau boulot dans un centre de soins sur le continent (http://www.facebook.com/cnwarc). Je passe le voir en décembre. Par contre au centre on a pas vraiment eu de chance dernièrement… Les oiseaux qui avaient des égratignures ça va, on à une calliope sibérienne qui est repartie après quelques jours de convalescence mais l’histoire de petit grèbe se finit mal et j’ai aussi ramené un colvert qui n’a pas survécu…
    Sinon, que je sache, je n’ai pas eu de surnom au Kirghizstan, en Chine on devait m’en donner un mais on a oublié et ici y a Kate et ses potes qui m’appellent Frenchy et dans le centre j’ai découvert une super tradition coréenne. Les bagueurs coréens se voient offrir un oiseau totem par le senior bagueur avec qui ils bossent. Le totem peut évoluer, pour l’instant je suis un caracara. J’aime bien!
    Bon et puis n’hésitez pas à nous refaire vos mails comme quand vous étiez en Suisse dès que vous avez un moment!
    Bisous!


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :