Bear is the word.

18 juin

 

En fait capturer des papillons ça s’apparente pas mal à capturer des pokémons. Au départ il y en avait déjà cent cinquante mais tous les ans vous trouvez des petits malins pour vous sortir de nouvelles espèces. Le même qu’avant mais avec une écaille bleue dans la troisième ocelle en partant du bas de l’aile postérieure… Et puis les papillons évoluent aussi à leurs manières. Je lorgne d’un œil inquiet chaque chenille en me demandant bien en quelle horreur elle va se transformer. La fréquence et la répartition des papimons se transforme en jeu aussi lorsqu’on tombe sur une bacchante après une centaine d’argus bleus. Allez je vous en remet une tournée parce que prout!

Une hespérie du dactile (Thymelicus lineola) sauvage apparait!

Azuré du trèfle (Everes argiades) à toi!

Azuré des cytises (Glaucopsyche alexis)

Je sens que le cuivré de la verge-d’or (Heodes virgaureae) va avoir son fan club…

Grand cuivré (Lycaena dispar)

Tabac d’Espagne (Argynnis paphia)

Nacré de la ronce (Brenthis daphne)

Petite violette (Clossiana dia)

Petit nacré (Issoria lathonia)

Deux demi-deuil (Melanargia galathea) ne font toujours pas un deuil complet.

Mélitée des digitales (Melitaea aurelia)

Mélitée du mélampyre (Mellicta athalia)

Vanesse du chardon (Vanessa cardui)

Elle elle sent tellement le citron que je me demande si ce n’est pas plutôt le citron qui sent la piéride du navet (Pieris napi).

Bon et puis pour quelqu’un qui n’est pas foutu de diviser un atome lourd, je m’en sors pas non plus si mal que ça en détermination de papillons. Ne cherchez pas il n’y a aucun rapport, je suis juste fatigué. N’empêche que depuis que je joue avec les battements d’ailes des lépidoptères du coin, il n’y a pas encore eu de tremblement de terre au Japon! Alors ce n’est pas si chaotique que ça… (Promis je retourne vite me coucher…)

Éventail à Tsunami.

Fi des blagues pourries, ma prétention cherche juste à me trouver une excuse pour avoir lâchement abandonné ma nouvelle collègue. Il faut dire que mes anciennes collègues étaient partit en week-end et que leur programme était sacrément tentant. Bref à la fin d’une journée de trop je me suis enfuit vers le parc national de Piatra Craiului pour retrouver Marlene, Ine et Cathy.

Je ne sais vraiment pas pourquoi elles ont choisi un endroit aussi moche…

Au menu auberge ultra agréable, chats géants et randonnée superbe. Bien ressourcés, nous nous sommes ensuite rendus au sanctuaire Libearty (comme quoi il n’y pas que moi qui fait des jeux de mots pourris). Libearty est un sanctuaire dédié aux ours captifs.

La situation des ours en Roumanie est assez compliquée. Dans les années cinquante, comme un peu partout en Europe, la population d’ours sauvages en Roumanie a dangereusement diminué. Puis Ceaușescu est arrivé au pouvoir. Comme beaucoup d’anciens pays du bloc soviétique, la Roumanie tend à se sentir un peu roulée par le rêve capitaliste. Du coup ça crée une nostalgie du temps où tout le monde pouvait bosser sous l’égide bienveillante d’un gentil petit dictateur mégalomane. Mais si il y a bien des roumains qui peuvent se féliciter du règne de l’ancien tyran, ce sont les ours.

Toi, t’es pas venu pour la chasse…

Lors de son règne, seul Ceaușescu avait le droit de chasser le plantigrade, et il alla jusqu’à en élever et en relâcher un peu partout dans le pays. Ce qui fait que la Roumanie est maintenant le pays d’Europe abritant le plus d’ours sauvages. Cependant la situation des ours après l’assassinat en règle du dictateur se dégrada sensiblement. Les locaux commencèrent à faire un peu n’importe quoi avec l’abondance d’ours dans le pays. Beaucoup furent notamment enfermés dans de petites cages pour servir d’attractions. Les choses commencèrent à s’améliorer lorsque la Roumanie ratifia la convention de Berne en 1993, convention qui désigne l’ours brun comme une espèce intégralement protégée. Ce ne fut pourtant qu’en 2005 que la loi roumaine interdit la détention d’ours en captivité. C’est la même année que fût construit le sanctuaire Libearty, qui accueille les ours roumains confisqués à leurs propriétaires.

Et même si ça reste de la captivité, ça a l’air d’un jardin d’Eden à côté de ce qu’ils ont vécu.

Allez ça suffit les vacances, il y a aussi eu du nouveau dans mon boulot! En effet les premiers botanistes, Dan et Joseph, deux roumains, commencent à travailler pour Jacqueline. Spécialistes des herbacées, ils travailleront essentiellement sur les pâtures. Ils sont les derniers à travailler sur les mêmes hectares utilisés par les ornithologues et les entomologistes. Sur chaque hectare, sept carrés d’un mètre de côté ont été sélectionnés aléatoirement. Le travail des botanistes est de référencer les plantes présentes dans ces sept mètres carrés ainsi que dans celui au centre de l’hectare. Et c’est tout ce que vous saurez sur leur travail parce que je veux bien avoir un champ d’intérêts assez vaste mais le gazon me passionne autant que ceux qui jouent au ballon dessus…

Et puis il a l’air trop concentré pour que je le dérange…

Si l’idée de filer un coup de main aux botanistes ne m’a jamais traversé l’esprit certains ont par contre tenu à venir m’assister. Et oui! Vous avez bien lu! J’ai eu mes propres volontaires! Cathy et Katrien sont venus me servir de scribes pendant que je courrais après mes chenilles ailées.

Et Cathy en a profité pour jouer avec mes données!

Katrien est une volontaire belge qui travaille pour l’association Milvus, une association locale de recherche et de protection de la nature basée à Târgu Mureș. C’est d’ailleurs dans cette ville que ma semaine s’est terminée en apothéose. Nous nous sommes tous rendus au centre sportif municipal pour le concert de Goran Bregović. Du coup je vous ai fait un petit clip sur son morceau « Gas gas » à partir de petites vidéos que j’ai filmé ces dernières semaines.

Je te préviens: Ta mère elle va jumper…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :