Repos

18 juillet

 

Ca y est j’arrête de peser mes petits poivrons tous les jours et pour fêter ça je vous présente les derniers membres de la soixante-quatrième mission hivernants sur Amsterdam.

A l’exception du chef de district, ce sont tous des militaires, mais si vous les voyez en uniforme sur les photos n’allez pas vous imaginer qu’ils se baladent tous les jours comme ça. Ces photos ont été prises le huit mai et le quatorze juillet, le reste du temps ils se baladent en calbute. Ils travaillent tous pour le siège des Terres Australes et Antarctiques Françaises et le préfet qui le dirige. On les appelle les Partex, pour partenaires extérieurs.

1

Gilles et Priscilla

Ils travaillent tous les deux au bureau des communications radiotéléphoniques. Gilles est notre gérant postal. Ca peut paraître étonnant que quelqu’un occupe ce poste à l’année mais les philatélistes qui commandent des plis en provenance de notre île sont très exigeants. Gilles doit tamponner des lettres à destination du monde entier avec les différents tampons propres à chaque hivernant. L’élection du Onz’Ams ou le passage d’un bateau sont des exemples d’évènements que certains collectionneurs demandent à recevoir sous forme d’une lettre tamponnée le jour même. Tout en sachant que ces lettres ne pourront quitter l’île que quatre fois par an, lors du passage du Marion Dufresne. C’est aussi lors de ces quatre passages que nous recevons le courrier que nous distribue Gilles.

Autre tache de Gilles, je ne sais pas du tout pourquoi elle lui incombe à lui en particulier, établir les plannings de Petite et Grande Marie. Tous les jours, le Skua est nettoyé, la table est mise et la vaisselle faite par un hivernant. L’hivernant en charge de ces tâches est alors de « Petite Marie ». Et deux fois par mois un nettoyage plus poussé est effectué par deux hivernants de « Grande Marie ». Lorsqu’on veut faire bien avant une opération portuaire on lance également des opérations « tornade blanche » auxquelles participe toute la base et où tous les bâtiments d’utilité commune sont nettoyés à fond.

Enfin Gilles est celui qui répond à mes communications radio lorsque je suis en transit ou à Entrecasteaux. Personne ne peut quitter la base sans radio et celle de Gilles est toujours allumée pour pouvoir être joint à tout moment. Mais toutes ces communications ne seraient pas réalisables sans le travail de Priscilla.

Priscilla est notre technicienne en télécommunication. Elle gère le bon fonctionnement et l’entretien de tout ce qui est en réseau. Le téléphone, Internet ou les communications radio, tout tourne grâce à elle. Si un de ces réseaux est en panne et qu’elle ne peut rien y faire, c’est qu’un ouragan frappe la Réunion, elle a ses limites quand même.

2

Germain

Germain est notre chef appro. C’est un peu l’épicier du coin, en moins cher. Il a la responsabilité des approvisionnements en matériel divers à destination de tous les hivernants. Bottes, jeux, déguisements, sacs de randonnée, instruments de musique, papier toilette, ballons, produit d’entretien, on trouve de tout à l’appro. Mais on ne peut pas aller s’y servir sans Germain. Il dirige également notre coopérative, seul endroit avec le bar et la gérance postale où l’on puisse acheter quelque chose. Passons sur les bibelots que peuvent s’offrir les touristes, la coopérative c’est surtout là qu’on peut acheter les boissons alcoolisées pour notre usage personnel. En dehors des restrictions par avis médical, c’est Germain qui décide des quotas pour chaque hivernant. Le but étant d’éviter de se retrouver en pénurie de bières au beau milieu de l’hiver.

3

Michaël et Franck

Ces deux-là travaillent à la centrale et ont des fonctions qui se recoupent souvent. Franck est notre électricien. Un boulot qui déborde souvent sur les plates bandes de Priscilla. Que ce soit pour changer une ampoule ou réparer un des trois générateurs qui produit l’électricité de la base, c’est à lui qu’on fait appel. Tout ce qui a un moteur électrique ou fonctionne à l’électricité est de son ressort.

Michaël est officiellement notre chef centrale, ce qui veut un peu dire plombier en fait. Machines à laver, canalisations ou radiateurs, il touche à tout ce qui voit passer de la flotte. Mais surtout Franck et lui gèrent notre approvisionnement en eau. Et sur Amsterdam c’est une véritable galère. La seule eau dont nous disposons vient de la pluie, qui se fait de plus en plus rare au fils des ans, surtout à Martin de Viviès. Elle ruisselle sur les toits et est acheminée via des canalisations vers un réservoir au niveau de la mer. De là elle est ensuite remontée périodiquement vers la mosquée. C’est dans ce bâtiment qu’elle subit une première filtration. Une fois filtrée, elle est stockée dans d’immenses bâches à l’extérieur de la mosquée. De là elle repasse par la mosquée pour être traitée, notamment à travers un osmoseur, devenir potable et sortir de nos robinets et pommeaux de douche. Autant dire qu’on évite les batailles d’eau…

Enfin dernière fonction importante de nos deux marins, Michaël est notre chef sécurité et Franck le seconde. Ils effectuent à tour de rôle des rondes quotidiennes pour vérifier que rien ne cloche sur base. Instruits sur la lutte contre le feu, c’est eux qui contrôlent les extincteurs et nous forment aux bases du travail de pompier. Michaël assure également l’entretien des mains courantes et du matériel dont je me sers pour utiliser la via ferrata menant au refuge des becs jaunes. Ce que je trouve le plus dommage dans les responsabilités de Franck et Michaël, c’est qu’ils ne peuvent pas quitter la base ensemble. L’un d’entre eux doit toujours être présent sur base avec les hivernants de sécu.

4

Stéphane et José.

Stéphane est notre chef garage. Il n’y a pas de route sur Amsterdam mais plusieurs sentiers sont praticables en tracteur. En plus de ces engins, on trouve sur base un manitou, un tractopelle et une grue. Stéphane les entretient et, s’ils sont trop capricieux, les découpe en morceaux… Plus largement, tout ce qui a un moteur à essence peut, et doit, passer entre ses mains. Du coup c’est lui qui se retrouve responsable des tondeuses à gazon et des rotofils. Et par extension, on a pris l’habitude de le propulser responsable des opérations « base verte ».

José est notre chef infra. Epaulé par deux ouvriers civils, Célestin et Jean-David, il construit et détruit tout ce à quoi les autres ne touchent pas. Ce sont un peu nos Bricol’Girls et je reste constamment stupéfait par ce qu’ils sont capables de bricoler avec le peu de matériel dont on dispose ici. Ils sont un peu hyperactifs et ça reste toujours assez impressionnant de voir qu’ils trouvent toujours un truc à faire, ou défaire. José est aussi celui qui endosse les fonctions du chef de district lorsque ce dernier quitte la base.

5

Pierre-Henri

Pierre est notre chef de district. Bon la notion de chef est assez floue ici parce qu’au final tous nos partenaires extérieurs ou presque sont chefs… Le plus important à comprendre au sujet de Pierre, c’est qu’il est le représentant du préfet des Terres Australes et Antarctiques Françaises sur le district. Son poste rappelle un peu celui de Marc en fait. Si tout roule, il n’a pas grand chose à faire. Une de ses plus grandes responsabilités étant peut-être celle de donner son impression quant à l’attitude et au travail fourni par les partenaires extérieurs lors de leur hivernage. Cet avis sera consulté si les Partex veulent ré-effectuer un hivernage dans les terres australes. Sinon en général, la fonction de Pierre lui demande de bien vérifier que tout se passe bien sur base sans aller jusqu’à se mêler de ce qui ne le regarde pas. Essayez un coup et vous verrez que ce n’est pas facile. Par contre s’il y a un souci sur base, là personne n’aimerait être à la place de Pierre. Tout comme Marc, il doit jongler entre son autorité et le fait d’être un hivernant comme nous tous. Arriver à être intégré à la mission socialement tout en étant celui qui peut vous coller une prune, voire même vous expulser de l’île, si vous le méritez ce n’est vraiment pas évident. Quoiqu’il en soit, et bien que la présence d’un chef de district soit indispensable pour parer au pire, il est rare qu’il ait besoin d’aller plus loin que d’être un hivernant comme les autres.

Autre détail amusant, Pierre est plus ou moins le maire de Martin de Viviès, il peut par exemple marier les hivernants qui le souhaitent !

6

L’ornitho

J’allais l’oublier celui-là ! Remarquez ça n’aurait probablement pas été un mal. Le pire fainéant de l’île ! C’est simple, il n’en branle pas une. Personne ne le voit au petit déjeuner et quand on l’aperçoit enfin vers midi, il prétend qu’il a pris ses céréales tout seul avant tout le monde. Sauf que quand on voit sa tronche à l’heure du déjeuner, on se doute qu’il vient à peine de quitter son lit. Et puis ne comptez pas sur lui pour filer un coup de main pour ranger la table. Sous prétexte d’avoir des données à saisir, il s’éclipse après avoir rangé trois assiettes. Sauf que pour avoir des données à saisir, il faudrait déjà qu’il ait récolté des données. Le pire c’est que cet associable se sert du même prétexte pour être absent aux apéros ! Les rares fois où cette feignasse va effectivement bosser, il se rappelle soudain qu’il y a d’autres hivernants et pleurniche pour que de bonnes âmes se portent volontaires et viennent lui donner un coup de main. Et du coup, c’est eux qui font tout le boulot. Pendant que monsieur prend son temps à faire des mesures, ce sont les volontaires qui perdent leurs genoux et leurs poignets à contenir des otaries adultes de cinquante kilos. Le seul moment où il est vif, c’est pour se rendre à Entrecasteaux. Ah là pas question de traîner. Si ceux qui l’accompagnent trouvent un moment pour gober une barre de céréales, c’est vraiment qu’ils ont de la chance. Par contre une fois là-bas, ce sont bien entendu ses volontaires qui se tapent toutes les corvées. Non, je vous le dis, s’il y a bien quelqu’un dont on pourrait se passer sur cette île…

 

 

Since I’ve finished weighing my pups every day I’ll introduce to you the rest of the 64th team wintering on Amsterdam. All of these but the district commander are militaries and they work for the government.  On the pictures you see them in uniform but they only wear them for three different days, November the 11th, May the 8th and the 14th of July.

Gilles and Priscilla: Gilles is our postman. Again, it’s hard to believe someone can work here as a postman for a year but he definitely is busy. Philatelists from all over the world ask him to send letters and postcards with the postmarks of the different winterers. Gilles also have to stamp postmarks dated for every unusual events, like the stopover of a boat for example. Letters come and go to Amsterdam on one boat and only one, the Marion Dufresne, four times a year.

Gilles is also the one who answers my radio call when I’m out of the base. It is forbidden to leave the base without a radio and Gilles has to keep its own always on. But radio communication wouldn’t be possible without the work of Priscilla, our radio-communication technician.

She works on every network on the base. Phone, Internet, radios, if one of these is not working and she can’t do anything about it, then it’s because a hurricane is hitting la RéunionIsland…

Germain: Germain is responsible for the stock of any goods given to the winterers. Fruit juices, games, music instruments, toilet paper, we can find everything at the provisioning building. But we can’t go there without Germain. He also works in the only shop on the island, the cooperative. Here tourists can buy souvenirs and clothes but winterers essentially go here to buy alcohol. Anyone can buy alcohol here but Germain determines quotas to avoid beer-shortage in the middle of winter.

Michaël and Franck: Those two are working at the power station. Franck is our electrician. From light bulbs to one of the three electricity generator in Martin de Viviès are under is duty. Anything with an electric motor or just working with electricity can pass through Franck’s hand.

Michaël is the power station chief, but we mainly consider his work as being a plumber. Washing machines or heaters, he works on anything with water in it. With Franck, he his working on our water supply. We don’t have any water spring near the base and the only water we can use is rain water, which is scarcer and scarcer. The rain is collected on the roof of several buildings and the send to a container at sea level. Then it’s pumped from times to times up to the mosque, the highest building above the rest of the base. There it is filtered and stocked in four tanks. Before arriving in our taps it goes again through the mosque to be drinkable.

Franck and Michaël are also in charge of the security on the island, especially against fire. They train us to be firemen and do daily tour of the buildings. Due to these responsibilities they can’t both leave the base at the same time.

Stéphane and José: Stéphane is our mechanic. There are no roads or cars on Amsterdam but we have tractors and a crane. Stéphane checks and repairs them when needed. He also deals with everything running on oil here. Including the tools to cut grass and bushes. So we often consider him as in charge when we have a day cleaning weeds.

José, and two civilians working with him, Célestin and Jean-David, are the infra team. They build and destroy everything that the other can’t touch. They always find something to do and it’s sometimes incredible to see what they can do with the few disposable things here…

Pierre-Henri: Pierre is our district commander. It mainly means that he represent the government here, he is our mayor. When everything goes right he actually has very few things to do. But if something goes wrong, no one here would like to take his place. He has the responsibility to deal with troubles and can decide the expulsion of a winterer. Fortunately the reasons to do so are extremely rare and one of the biggest occupations of a district commander is to socialize as any other winterer.

The ornithologist: I almost forgot to tell you about this lazy bastard! It would probably have been a good thing though… Nobody has ever seen him for breakfast. When you see him at noon he’ll tell you he had it before anyone but when you see his face at lunch you know he just left his bed. And no way would he help clean the dishes. After three plates he goes away, pretending he has data to process. What data? This asocial also uses this pretext to avoid having a drink with his fellow winterers. Only when he has to work would he remember the rest of the team, crying for help. And when some poor guys volunteer they have to fight with adult seal while he takes his time measuring her. You’ll only see him rush when he goes to Entrecasteaux. Good luck then if you want even just a five minutes break. And of course, once there, only the volunteers will help on the common tasks. No, really, if we could get rid of one winterer…

Publicités

6 Réponses so far »

  1. 1

    co2ette said,

    hehe vieil hibou blond sans cervelle, mais non tu es indispensable, ne serait-ce que pour l’apéro! d’ailleurs tu as dû te mettre à la bonne avec Germain si c’est lui qui te file tes quotas…. il a dû doubler le tien j’imagine! Bon l’hiver semble pas être trop dur par chez toi, bientôt un tit courrier des USA si l’enveloppe a passé les frontières! une petite pensée émue, en fêtant ces quasi un an du dernier petit jailly…. bisous toi

  2. 3

    papa said,

    Qu’ils sont beaux ces militaires en uniforme. Pour le 14 juillet, ils ont défilé ?
    Et après, feux d’artifices et bal des pompiers comme au Petit-Jailly ? (si, si, demandes à ton frère)
    Si j’ai bien compris, le plus dûr est passé et tu pars vers le beau temps.
    Grosses

    • 4

      Rémi said,

      On voulait les faire défiler dans les tracteurs avec des pelles et des rateaux mais non en fait. Ici on est tous pompiers, ça compte pour le bal?
      En tout cas pour la météo on est toujours au coeur de l’hiver, il parait que le pire c’est le mois d’aout. Mais bon sur base ça vaut pas, il fait toujours beau. Par contre sur le reste de l’île c’est pas la même histoire…

  3. 5

    Serge said,

    Tu dois te sentir en sécurité avec tous ces beaux militaires… Combien de temps dure leur séjour ? Comment les appelles-tu : Stéphane, mon lieutenant, mon Stéphane ?

    • 6

      Rémi said,

      Je leur parle pas! C’est des militaires!
      Ils sont arrivés en septembre dernier et ils repartent dans un mois, pour eux l’hivernage dure exactement un an. Ce qui fait un peu court pour passer les consignes aux successeurs. Ce qui est bizarre c’est que ce soit décalé par rapport aux employés de l’Institut. Les militaires de la soixante quatrième mission ont passé pas mal de temps avec nos prédecesseurs et je passerai plusieurs mois avec les gars de la soixante cinquième.
      Par contre je n’ai toujours pas bien compris leurs grades. Ils sont tous au moins sous officiers à priori mais franchement, à part deux ou trois, il faut le savoir qu’ils sont militaires. Y en a qui ont presque passé plus de temps dans les terres australes qu’en caserne…


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :