Baïkakal

5 juillet

 

L’arrivée à Irkoutsk se révéla être loin de marquer la fin de mon périple. Je devais encore me rendre dans un endroit semblant presque plus reculé que l’île d’Amsterdam. N’ayant trouvé ni d’hôtes pour m’héberger en ville, ni d’intérêt particulier pour m’inciter à y séjourner, je me suis directement mis en route pour Tanhoy (Танхои). Après plusieurs heures de routes, la marshrutka me dépose à un croisement où me rejoint Yuri. Yuri travaille pour la réserve naturelle du Baïkal, il bosse sur pas mal de truc en même temps et si il m’a invité c’est pour l’aider à faire tourner sa station de baguage des oiseaux migrateurs. Je vous en dirai plus plus tard.

Après un petit tour dans les bureaux on est allé rendre visite à Nikolaï. Un autre employé de la réserve qui, à ce que j’ai compris, devrait passer pas mal de temps à la station. On passe ensuite chercher la femme et les deux enfants de Yuri avant de partir pour ma nouvelle demeure. La route qu’on empreinte est celle qui mène à Vladivostok, soit la version carrossable de la ligne de chemin de fer transsibérienne, qui d’ailleurs la longe.

Il ne faut pas être pressé par contre...

Il ne faut pas être pressé par contre…

Après un long trajet nous atteignons la rivière Mishiha (Мишиха), elle marque plus ou moins la limite Est de la réserve. De là un chemin vaguement praticable en voiture nous amène à un hameau coincé entre la rivière et le lac Baïkal. Financé par le gouvernement qui veut promouvoir l’écotourisme, la réserve y a fait construire une sorte de village vacance flambant neuf, tenu par Sergueï et Oksanna. Le petit lotissement est vide et un des congélateurs est utilisé par les ornithologues de la station. Mais si toute la famille de Yuri nous a accompagné c’est aussi parce qu’on y trouve un superbe banya (Баня), la version locale du sauna. Causer boulot avec un nouveau patron, à poil dans un sauna, là j’avoue j’innove…

Une fois qu’on a bien transpiré Yuri m’accompagne chez moi, une sorte de remorque de camion réaménagée en roulotte grand luxe, posée dans une clairière à l’écart du hameau. Tout y est, poêle à bois, gazinière, panneaux solaires et même, par intermittence, Internet ! Il manque juste l’eau courante mais comme je suis garé à quelques dizaines de mètres du lac ce n’est pas vraiment un problème. Pas de douche non plus mais j’ai mon propre banya ! Les russes en ont fait une version de camping qui consiste en une tente et un poêle spécialement conçus pour, et avec le Baïkal juste à côté je n’ai que quelques pas à faire pour me jeter dans l’eau glacé après une bonnes suée !

Home sweet home !

Home sweet home !

J’ai passé mes premiers jours seul dans la station, et comme les oiseaux ne se bousculent pas encore j’ai largement eu le temps de faire le tour du propriétaire. Indéniablement c’est le lac qui attire le plus l’attention. Il est entouré de hautes montagnes aux sommets enneigés et le soleil d’été qui frappe la surface de ses eaux glacées le coiffe d’un épais brouillard. Du coup lorsqu’on est sur ses berges on ne distingue pas l’horizon est l’impression d’être au bord d’une mer est encore renforcée. Régulièrement on entend le tonnerre résonner au loin alors que le soleil brille fort au-dessus de nos têtes. Le lac est tellement immense que la météo peut-être complètement différente d’une de ses extrémités à l’autre.Par contre lorsqu’une tempête nous tombe dessus elle laisse derrière elle un paysage surprenant. Une île immense apparaît à l’horizon. Il s’agit en réalité de la berge opposée mais les dimensions gigantesques du Baïkal donnent l’illusion que, de part et d’autre de cette berge, l’horizon se perd dans les eaux.

Après quelques jours Nikolaï et Sergueï sont venus me rejoindre dans ma retraite. Sergueï est un ornithologue russe qui travaille en ce moment dans la réserve, plus haut dans la montagne, de l’autre côté des deux voies transsibériennes. Les ours en rut violent la vaisselle qu’il laisse sécher sur sa table de jardin en ce moment, il est donc venu prendre du repos près du lac. C’est le meilleur spécialiste des oiseaux du coin que j’ai rencontré jusqu’ici et il devrait m’aider à tirer au clair les quelques identifications délicates que je pourrais croiser. Mais pour l’instant les rares oiseaux qui se prennent dans mes filets sont assez communs et avec les collègues on s’évertue surtout a essayer de se comprendre les uns les autres. Ce à quoi nous nous débrouillons plutôt bien, en témoigne la première soirée que nous avons passé tous ensemble…

Après un bon dîner russe dans la clairière en compagnie de Yuri, nous sommes allés observer le soleil embraser le ciel au dessus de la rive d’en face. Dans le climat si spécial qui précède les tempêtes, et accompagnés d’une vodka locale, nous avons trinqué à la santé des ours obsédés, de l’amitié entre les peuples, des phoques, de la beauté et de la vie. Puis nous sommes rentrés, hilares et bien bourrés, sous une pluie battante, pour débattre dans le wagon de la solidité des fourchettes de Mao comparés à celles de Staline, le tout en dégustant une mixture à base d’un spiritus que Nikolaï bricole lui même…

J'espère sincèrement que vous n'avez pas lu cet article depuis un bureau tout pourri où vous passez votre mois de juillet...

J’espère sincèrement que vous n’avez pas lu cet article depuis un bureau tout pourri où vous passez votre mois de juillet…

 

Advertisements

2 Réponses so far »

  1. 1

    Obligatoire said,

    Epic win \o/ (Ou pas…). J’ai effectivement lu ce post dans le bureau où je vais passer le mois de Juillet avec une magnifique vu sur les bâtiments industrielle d’en face. Mais qu’importe, tes aventures me font toujours rêver et de t’imaginer là bas me suffit à voyager. Je suis si content de te savoir à nouveau dans un endroit merveilleux de notre planète, à découvrir tout ce que tu pourras trouver, que je me surprend à sourire bêtement devant l’écran de l’ordinateur.

    Profites bien et vivement le prochain post.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :