Archive for septembre, 2014

Напасашок !

7 septembre

 

Il a fallu quasiment deux semaines à Nikolaï pour réapparaitre à la station. Du coup il nous a été impossible d’aller nous balader de notre côté. Ce qui n’était pas si gênant que ça non plus vu l’évolution de la météo. On est passé en quelques jours des tee-shirts aux pulls, la première tournée des filets de la journée se fait en marchant sur le givre et les baignades dans le lac ne consistent plus qu’en un rapide rinçage de la sueur du banya. Les oiseaux sentent eux aussi l’hiver venir et c’est maintenant par centaines que nous observons les mésanges, pouillots et compagnie dévorer toutes les chenilles qu’ils peuvent trouver sur leur route vers le Sud. Une mésange noire est même rentrée toute seule dans le wagon pour venir chercher sa bague ! Mais si la quantité d’oiseaux qui nous entourent augmente le nombre de capture reste stable. On ne s’en plaint pas trop et les oiseaux rares comme les énigmatiques bouscarles de David et de Taczanoswcki remplissent facilement nos journées.

Et j'ai enfin capturé mon pouillot de Pallas !

Et j’ai enfin capturé mon pouillot de Pallas !

Au final notre attente tranquille au wagon de Mishiha aura largement été récompensé par Yuri. Il est venu nous y chercher pour nous emmener au delta de la Selenga (Селенга), une des perles du lac. La Selenga prend sa source en Mongolie et pour vous donner une idée du bestiau sachez que l’eau qui coule de sa source doit parcourir plus de cinq mille kilomètres avant d’atteindre l’Océan. On est encore loin de l’Amazone ou du Nil mais quand même. Et le delta qui se forme à l’arrivée de cette eau au niveau du lac Baïkal couvre une surface tout aussi respectable, même si elle a réduit de moitié depuis la construction d’un barrage. Comme souvent avec une zone humide aussi importante, le delta constitue l’habitat permanent comme provisoire de nombreuses espèces animales. Immanquablement ce site a été classé d’intérêt prioritaire par la convention RAMSAR qui vise à protéger les zones humides à travers la planète.

Généralement des endroits super moches.

Généralement des endroits super moches.

Au beau milieu du delta on trouve la zakaznik (Заказник) de Kabansk. Ne me demandez pas ce qu’est une zakaznik, je n’ai toujours pas bien saisi. En tout cas elle est en grande partie administrée par la réserve naturelle où nous travaillons. Yuri devait d’ailleurs s’y rendre pour récupérer des appareils photo automatiques qu’il avait placés à proximité de nids de pygargues à queues blanches. Se balader dans le labyrinthe de canaux et de roselières sous le vol des aigles, des busards d’Orient et de milliers d’oies, de cygnes et de canards est tout simplement extraordinaire. Chaque recoin d’eau stagnante abrite des dizaines d’anatidés qui s’envolent à notre approche. Et les buissons ne sont pas en reste, grouillant de bruants et des magnifiques mésanges azurées.

Pour se déplacer plus simplement entre les bras morts, les tapis de nénuphars et les barrières de roseaux, on emprunte un moyen de transport que je n’avais encore jamais testé.

L'aéroglisseur !

L’aéroglisseur !

Une bonne journée à s’en mettre plein la vue en attendant le départ vers d’autres contrées.

 

 

 

 

 

Publicités

Comments (4) »